Programme d’aide au retour au travail

À la suite d’une blessure ou d’une absence du travail, tant en santé physique ou psychologique, il peut être plus difficile pour certaines personnes de revenir au travail. Ainsi, la nature de la problématique de santé, la durée de l’absence ou la comorbidité ou coexistence de plusieurs problèmes de santé en simultanée sont autant de facteurs qui peuvent entraver le processus de retour au travail. Le contexte de travail au moment du départ ou en cours d’absence peut également aider ou réfréner ce processus (conflit ou bonne entente avec collègues et gestionnaire).

Certains employeurs disposent d’un programme volontaire et structuré d’aide au retour au travail. Ces programmes peuvent être de type clinique, soit un « PAE Plus » avec ajout d’un professionnel qui aidera pour les retours au travail plus difficile. On voit ce type de programme pour l’aide au retour à la suite d’une longue absence en santé mentale. Un psychologue utilisera une approche clinique en rencontrant individuellement les acteurs incluant le travailleur, le gestionnaire et un membre de l’équipe de travail (représentant syndical ou un collègue de travail) afin de détecter les éléments anxiogènes ou aidants qui peuvent nuire ou aider au retour au travail de l’employé afin de bâtir un plan de retour au travail adapté spécifiquement à la personne soutenue. Généralement, ces professionnels sont embauchés par l’employeur ou par le PAE, selon le type de programme interne ou externe.

Certains programmes de retour au travail sont de type non clinique ou de gestion interne du processus de retour au travail. Dans ce cas, une ressource spécialisée en aide au retour au travail (ergothérapeute, préventionniste ou conseiller RH, etc.) accompagne non seulement l’employé, mais soutient également tout le processus de retour au travail. Au besoin, le gestionnaire est aussi accompagné pour constituer un contexte favorable au retour au travail et assurer le suivi du plan de retour au travail de son employé. Le rôle de la ressource spécialisée sera plus orienté vers la coordination de l’aide au retour au travail. Elle animera des rencontres ou l’ensemble des acteurs impliqués identifieront les éléments anxiogènes et les éléments de solutions à mettre en place afin de créer un contexte favorisant le retour et le maintien au travail. Une démarche bien campée sur les évidences scientifiques en plus des rôles et des responsabilités bien définies de l’ensemble des acteurs font partie des éléments structurants de ce type de programme. Pour cette approche, l’ensemble des acteurs apprend à mieux gérer et accueillir les employés plus vulnérables dans le processus de retour au travail.

Beaucoup de recherches scientifiques sont effectuées par des chercheurs québécois, dont Marie-José Durand, Louise St-Arnaud ou Marc Corbière, pour ne nommer que ceux-là. Plusieurs de ces études sont publiées sur le site de l’IRSST dans la section réadaptation au travail.

Le Ministère de la Santé et des Services sociaux propose un cadre de référence permettant la mise en place d’un tel programme. Le document s’intitule : « Cadre de référence sur le soutien et la réintégration au travail : vers une approche axée sur la collaboration ».

À cet effet, le Ministère encourage fortement chacune de ses organisations à implanter un tel programme. Vous pouvez trouver le cadre de référence proposé par le MSSS à l’adresse Internet suivante : http://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/document-001946/

Pour plus d’information, contacter Yves Cormier, conseiller à l’ASSTSAS ou le conseiller attitré de votre établissement.


Retour au dossier thématique Normes, lois et règlements en SST.