Text Resize

-A +A

COVID-19 - Foire aux questions - Services de garde

18 février 2021

Les réponses aux questions ci-dessous sont basées sur la somme des lectures des documents de l'INSPQ et de la CNESST en date du 4 février 2021. Elles peuvent évoluer en fonction de l’état des connaissances en lien avec la pandémie de la COVID-19.

Recommandations générales 

► Pourquoi respecter autant que possible les groupes-bulles ?

► Quoi faire si un enfant, une employée ou un parent contracte la COVID-19

Équipements de protection individuels

► Est-ce que le port d’équipement de protection individuel (ÉPI) est obligatoire ?

► Pourquoi les éducatrices doivent-elles porter un masque et une protection oculaire ?

► Qu’en est-il des autres membres du personnel ?

► Est-ce que le masque en tissu (couvre-visage) peut être utilisé ?

► Quelles sont les certifications relatives aux masques de procédure ?

► Les masques de procédure avec fenêtre sont-ils acceptés dans les services de garde ?

► À quel moment faut-il jeter le masque de procédure ?

► Comment concilier le port d’ÉPI et les périodes de repas et de collation ?

► Si je touche à mon masque, dois-je le changer ?

► Existe-t-il différentes grandeurs de masque de procédure ?

► Que dois-je savoir sur les lunettes de protection et la visière ?

► Comment désinfecter la protection oculaire ?

► Puis-je partager les protections oculaires ?

► Comment empêcher le plus possible la présence de buée sur les protections oculaires ?

► Quand porter la blouse et autre survêtement ?

► Les responsables de l'alimentation doivent-elles porter des ÉPI ?

► Comment agir s’il y a plus d’une travailleuse dans la cuisine ?

Contraintes thermiques

► Que dois-je savoir à propos des risques attribuables à la chaleur et au port du masque ?

► Quelles sont les mesures de prévention ?

► Comment bien concilier le port d’ÉPI et une hydratation fréquente ?

► Que dois-je savoir sur le masque de procédure et la protection oculaire en période hivernale ?

► Qu’en est-il de la désinfection extérieure en période hivernale ?

► Qu’en est-il de l’entretien des vêtements d’hiver ?

Références


Recommandations générales de la Santé publique

Pourquoi respecter autant que possible les groupes-bulles ?

L’objectif principal est de minimiser la propagation du virus. La mesure des groupes-bulles ne peut pas être appliquée en tout temps (ex. : à l’arrivée et au départ des enfants). La Santé publique recommande de tenir rigoureusement un registre de présence pour faciliter le traçage, dans l’éventualité d’un cas positif de COVID-19. Les informations à noter dans le registre sont l’heure d’arrivée et de départ de l’enfant, ainsi que la durée totale de sa présence au sein du groupe; la même exigence s’applique au personnel.

Quoi faire si un enfant, une employée ou un parent contracte la COVID-19  ?

Vous devez suivre la procédure que vous avez établie, basée sur les recommandations de l'INSPQ et contacter la Santé publique. Celle-ci vous donnera des Retour en haut de la pagedirectives adaptées à la situation. Leurs experts ont la compétence de vous conseiller sur les mesures à prendre (ex. : dépistage, confinement). 

 

Équipements de protection individuels

Pour retirer et mettre le masque de procédure, référez-vous à notre affiche Masque de procédure - Comment le mettre et le retirer (également disponible en version anglaise : Procedure Mark - How to put it on and take it off).

N’oubliez pas, lorsque vous ne portez pas le masque et la visière, que vous devez respecter la distanciation physique recommandée par l’INSPQ.

Masques et protection oculaire

Est-ce que le port d’équipement de protection individuel (ÉPI) est obligatoire ?

Selon la CNESST, il est obligatoire de porter un masque de procédure et une protection oculaire pour tous les membres du personnel en contact direct avec les enfants dont la tâche nécessite d’être absolument à moins de 2 mètres pour une période de plus de 15 minutes sans barrière physique, et ce, une seule fois par jour (réf. 1).

Le port du masque en continu est obligatoire en paliers rouge et orange. En paliers jaune et vert, le port du masque en continu est recommandé. Toutefois, l’application de la hiérarchie des moyens de prévention est obligatoire, référez-vous au document de la CNESST (réf. 7).

Pourquoi les éducatrices doivent-elles porter un masque et une protection oculaire ?

Pour se protéger contre le coronavirus, d’autant plus qu’il y a une possibilité de transmission du virus par des personnes présymptomatiques, symptomatiques et asymptomatiques. Lorsque les mesures de distanciation physique ne peuvent pas être respectées entre collègues et avec les enfants, il est nécessaire d’ajouter des mesures supplémentaires pour la protection des travailleuses en services de garde, comme les ÉPI.

Qu’en est-il des autres membres du personnel ?

Quant au personnel administratif, si ceux-ci ne sont pas en contact direct avec des personnes plus de 15 minutes par jour, ils n’ont pas à porter d’ÉPI.

Est-ce que le masque en tissu (couvre-visage) peut être utilisé ?

Non. Les directives de la CNESST et de l’INSPQ obligent le port du masque de procédure. Le couvre-visage n’est pas un équipement de protection approprié au travail

Quelles sont les certifications relatives aux masques de procédure ?

La qualité de fabrication d'un masque de procédure ou médical doit garantir un niveau de protection minimal contre la COVID-19. Des critères de performance ont été établis par l’American Society for Testing and Matérials (ASTM), définis par la norme ASTM F2100.

Santé Canada et l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA) ont publié des listes de masques de procédure offrant une protection équivalente à celle des masques de procédure testés selon la norme ASTM F2100 de niveau 1.

Pour plus d’information, référez-vous au site de la CNESST : Questions et réponses – COVID-19

Les masques de procédure avec fenêtre sont-ils acceptés dans les services de garde ?

La CNESST accepte le port de masques de procédure avec fenêtre dans les services de garde lorsque les masques de procédure sont certifiés par l’American society for testing material (Société américaine pour les essais des matériaux) ou respectent les exigences de la  la norme ASTM F2100 de niveau 1.

Le port d’autres types de masques à fenêtre transparente, combiné avec celui d'une protection oculaire, est autorisé. Toutefois, considérant que ces masques ne peuvent être testés selon la norme ASTM F2100, la Santé publique considère qu’une évaluation préalable doit être effectuée avant d’en permettre l’utilisation, en fonction des critères suivants :

  • La nature de la tâche l’exige-t-elle absolument (par exemple le travail auprès des personnes malentendantes) ?
  • N’existe-t-il aucune autre solution qui respecte la hiérarchie des mesures de contrôle (distanciation physique de 2 m, barrière physique, etc.) ?

Pour plus d’information, référez-vous au site de la CNESST : Questions et réponses – COVID-19
 

À quel moment faut-il jeter le masque de procédure ?

Le masque doit être jeté s’il est mouillé, souillé, endommagé, ou encore si la respiration devient difficile. Un même masque peut être porté un maximum de 4 heures et doit ensuite être jeté.

Comment concilier le port d’ÉPI et les périodes de repas et de collation ?

En raison de la quantité limitée de masques de procédure et du risque de contamination lors de sa manipulation, nous vous encourageons à revoir les pratiques organisationnelles comme la routine de vos journées de manière à ce que vos heures de collation et de vos repas coïncident avec le changement d’ÉPI. Prévoir de bien s’hydrater et de s’alimenter avant de les mettre ou lors des changements.

Aussi, s’il n’est pas possible de s’installer à plus de 2 mètres des enfants lors des repas, il faut réfléchir à la possibilité de réorganiser l’horaire des repas. Par exemple, décaler le dîner pour manger durant la période de la sieste.

Si je touche à mon masque, dois-je le changer ?

  • Si vous touchez à la partie extérieure du masque, lavez seulement vos mains.
  • Si c’est un enfant qui touche à votre masque, lavez ses mains.
  • Si vous touchez à la partie intérieure du masque sans avoir lavé vos mains au préalable, changez-le.

Existe-t-il différentes grandeurs de masque de procédure ?

Oui. Certains fabricants offrent des masques à taille unique ou encore de différentes tailles. Vérifiez le modèle qui vous convient auprès du fabricant. Dans le cas où les masques sont à taille unique, il existe des dispositifs pour aider le maintien du masque.

Que dois-je savoir sur les lunettes de protection et la visière ?

Plusieurs types de protection oculaire sont disponibles : la visière à usage unique ou réutilisable et les lunettes de protection à usage unique ou réutilisable.

  • Les lunettes de protection :
    • Elles doivent bien protéger les yeux, les contours doivent être suffisamment près du visage, incluant les tempes. Il ne doit pas être possible de passer un doigt entre le contour des lunettes et le visage
    • Elles sont moins encombrantes que la visière
    • Elles peuvent causer des inconforts au niveau des oreilles
  • La visière :
    • La visière se met autour de la tête
    • Il existe différents modèles et la longueur peut varier
    • Des lunettes de vue peuvent être portées sous la visière
    • Sa longueur a l’avantage de protéger le masque des éclaboussures et prolonger sa durée d’utilisation

Comment désinfecter la protection oculaire ?

Les visières et les lunettes de protection réutilisables doivent être nettoyées et désinfectées immédiatement après chaque usage.

Les visières à usage unique devraient être jetées après utilisation. Cependant, en cas de pénurie, la visière à usage unique peut être désinfectée. Si le modèle contient des composantes qui ne se désinfectent pas, comme des bandes en mousse, il est important que l’équipement soit attribué à une seule travailleuse. Si la mousse est endommagée ou visiblement souillée, jetez l’équipement.

Les étapes de désinfection selon l’INSPQ(réf. 2) sont :

  • Appliquer les recommandations du fabricant de la protection
  • Porter des gants et désinfecter l’ensemble de l’équipement (intérieur et extérieur) avec un produit reconnu efficace contre le coronavirus selon les listes officielles(réf. 3 et réf. 4)
  • Le temps de contact prescrit doit être respecté (varie selon le produit utilisé, se référer aux indications du fabricant)
  • L’équipement peut être rincé avec de l’eau du robinet si la visibilité est compromise par le produit désinfectant
  • Si présence de souillures, procéder à un nettoyage avec de l’eau et un détergent (savon) avant la désinfection
  • Lorsque l’intégrité de l’équipement n’est plus assurée, ce dernier doit être jeté

Puis-je partager les protections oculaires ?

Non, l’équipement devrait être idéalement attitré à une seule travailleuse. Si les protections oculaires doivent être partagées (manque d’équipement) il faut s’assurer que toutes les composantes peuvent se désinfecter (réf. 2).

Comment empêcher le plus possible la présence de buée sur les protections oculaires ?

  • En ajustant la pince nasale pour éviter que l’air sorte par en haut  
  • Retour en haut de la pageEn s’assurant que les lunettes soient placées par-dessus le masque
  • En utilisant régulièrement une solution nettoyante antibuée (celle-ci peut être de l’eau savonneuse avec de l’eau distillée.

Blouses et survêtements

Quand porter la blouse et autre survêtement ?

La blouse telle que mentionnée dans les documents de l’INSPQ et de la CNESST est considérée comme étant un ÉPI. Elle doit se trouver dans la trousse d’urgence prévue lorsqu’un enfant présente des symptômes liés à la COVID-19. Dans ce cas, la blouse doit être portée en présence de l’enfant, dans l’attente de ses parents. Toutefois, le port de la blouse n’est pas obligatoire lors des activités régulières.

Pour de l’information sur la gestion des vêtements de travail en services de garde et le port d’un sarrau, référez-vous à l’aide-mémoire : COVID-19 - Gestion des vêtements de travail lors du retour à domicile pour le personnel des services de garde.

 

Responsable de l'alimentation

Les responsables de l’alimentation doivent-elles porter les ÉPI ?

Si les personnes présentes sont à plus de 2 mètres les unes des autres (adultes et enfants), aucun ÉPI n’est exigé.

Par contre, si la distanciation de 2 mètres n’est pas possible durant une période de plus de 15 minutes cumulatives pendant un quart de travail, le responsable en alimentation doit porter les ÉPI (masque de procédure et protection oculaire).

Vous pouvez également mettre en place des procédures internes pour respecter la distanciation, tels que limiter l’accès des éducatrices et des enfants à la cuisine et éviter d’entrer directement dans le local pour porter le dîner, par exemple en restant plutôt près de la porte ou en le déposant à un endroit déterminé à plus de 2 mètres des personnes présentes dans le local. 

Comment agir s’il y a plus d’une travailleuse dans la cuisine ?

Il est nécessaire d’appliquer des moyens de prévention en lien avec la COVID-19 lorsque plus d’une travailleuse se trouve dans la cuisine. Par exemple, si les personnes ne peuvent pas maintenir une distance de 2 mètres entre elles pendant plus de 15 minutes cumulées dans un même quart de travail, il faut évaluer la possibilité de délimiter des zones de travail de manière à respecter la distance recommandée ou installer des barrières physiques, comme des panneaux d’acrylique (Plexiglass), entre les zones de travail. Si cela n’est pas possible, le port d’un masque de procédure médical de qualité est requis pour chaque travailleuse. La protection oculaire ne serait pas nécessaire en l’absence de contacts avec la clientèle.

De plus, il faut éviter de partager les instruments de travail (ustensiles, serviettes, linges, etc.) ou bien les laver à l’eau chaude et au savon avant le partage.

Pour plus d’information sur les recommandations concernant la responsable de l’alimentation en services de garde, référez-vous à notre aide-mémoire : COVID-19 : Recommandations pour la responsable de l’alimentation en SDG.

 

Contraintes thermiques

Chaleur

Que dois-je savoir à propos des risques attribuables à la chaleur ?

Quand il fait très chaud et que le corps ne réussit plus à se refroidir, la température corporelle, normalement de 37 °C, s’élève et peut atteindre 40,6 °C. Cette hausse peut causer des dommages pour la santé. On parle de coup de chaleur.

Précédé par divers symptômes (ex. : étourdissements, maux de tête, fatigue inhabituelle ou épuisement, confusion, perte d’équilibre, perte de conscience, vomissements, etc.), le coup de chaleur et ses complications peuvent survenir rapidement.

Pour vous aider à prévenir les coups de chaleur, il y a 4 grands principes à retenir. 

  • Bien s’hydrater, boire au minimum un verre d’eau toutes les 20 minutes
  • Prendre des pauses toutes les heures le temps de récupérer, dans un endroit à l’ombre, frais ou climatisé
  • Favoriser le port de vêtement de coton et de couleur pâle
  • S’assurer de couvrir la tête lors du travail à l’extérieur. Voir CNESST. (2020). Travailler à la chaleur... attention !

Quelles sont les mesures de prévention ?

En services de garde, des mesures de prévention doivent être implantées lors des journées de chaleur accablante. Par exemple :

  • Éviter de sortir ou réduire le temps de vos sorties
  • Prévoir des activités dans les locaux climatisés ou moins chauds de votre installation
  • Réaliser les activités extérieures dans les endroits ombragés  
  • Réduire les efforts et les activités physiques

En prévision d'une canicule, planifier vos actions :

  • Installer des abris solaires ou planter des arbustes
  • Répertorier les endroits à climatiser dans vos installations et prévoir un plan d’acquisition d’équipements
  • Augmenter la quantité de masques disponibles pour permettre un remplacement plus fréquent de ceux qui deviendraient humides rapidement.

Pour plus d’information, la CNESST présente une vidéo sur YouTube qui explique comment travailler à la chaleur en toute sécurité et pourquoi les premières canicules sont les plus dangereuses. De plus, vous y trouvez des outils permettant d’évaluer votre niveau de risque.

Comment bien concilier le port d’ÉPI et une hydratation fréquente ?

Il est difficile de minimiser les manipulations de la visière et du masque en période de canicule. La nécessité de s’hydrater oblige de retirer ceux-ci fréquemment. Voici quelques conseils pour réduire les risques de contamination :

  • Privilégiez l’utilisation d’une bouteille réutilisable ou d’un verre qui ne nécessite pas une manipulation des deux mains.
  • Choisissez un modèle de bouteille qui n’oblige pas à la saisir près du goulot
  • Ne partagez pas votre bouteille d’eau
  • Conservez votre bouteille d’eau au service de garde, nettoyez-la régulièrement à l’eau chaude savonneuse et rincez-la ou, encore, mettez-la au lave-vaisselle
  • Retour en haut de la pageDéfinissez l’endroit où vous rangez votre bouteille pour éviter que des enfants y touchent
  • Attachez vos cheveux pour ne pas nuire et faciliter la manipulation du masque.

Froid

Que dois-je savoir sur le masque de procédure et la protection oculaire en période hivernale ?

Pour le port du masque à l’extérieur, nous ne connaissons pas encore les effets du froid. Cependant, le masque doit être changé dès qu’il devient humide.
Lire aussi : À quel moment faut-il jeter le masque de procédure ?

À l’intérieur et à l’extérieur, lorsque la distanciation physique de 2 mètres ne peut pas être respectée, le port des équipements de protection individuels (ÉPI) est obligatoire.

Sachez qu’il existe des astuces pour régler ce problème de buée.
Lire aussi : Comment empêcher le plus possible la présence de buée sur les protections oculaires ?

Les lunettes de protection sont généralement composées de matières plastiques, comme le polycarbonate, qui résistent aux températures extrêmes. Vous pouvez vous référer à la fiche technique du fournisseur du produit pour vérifier si la protection oculaire est conçue pour un usage extérieur. 

Attention : la santé publique privilégie le port du masque de procédure seul, plutôt que la visière seule.

Puisqu’il s’agit d’un choix de dernier recours, les autres solutions techniques doivent être considérées avant d’accepter le port du masque de procédure seul, par exemple :

  • essayer plusieurs masques pour trouver celui qui convient le mieux
  • coller un ruban adhésif médical pour empêcher l’humidité de joindre la protection oculaire
  • appliquer un produit pour empêcher la formation de buée.

Le port d’un masque de procédure (ou masque médical) seul est possible, en l'absence d'autre possibilité, lorsque les conditions ambiantes entraînent la formation de buée sur la protection oculaire, malgré la recherche de solutions techniques pour y remédier (ex. : durée des tâches à risque, ventilation, application d’un produit pour empêcher la formation de buée) et que la buée occasionne des risques à la sécurité des travailleurs.

Enfin, le port de lunettes de ski comme protection oculaire est acceptable en condition hivernale, lorsque le seul risque présent est la COVID‑19. Elles doivent être lavées et nettoyées fréquemment et ne pas être partagées entre employés.

Qu’en est-il de la désinfection extérieure en période hivernale ?

L’INSPQ ne recommande pas de nettoyer ou de désinfecter les jouets utilisés à l’extérieur plus fréquemment qu’à l’ordinaire, c’est-à-dire qu’en période « non COVID-19 ». Il en est de même pour les modules de jeux. Il faut simplement nettoyer ceux-ci lorsqu’ils sont visiblement souillés et appliquer les mesures de nettoyage habituelles.

Pour plus d'information, référez-vous à notre publication COVID-19 - Aide-mémoire pour la désinfection (22 avril 2020).

Qu’en est-il de l’entretien des vêtements d’hiver ?

Retour en haut de la page

Pour les vêtements d’hiver des travailleuses, l’entretien habituel est suffisant. Il n’est pas nécessaire de les laver tous les jours. N’oubliez pas de vous laver les mains après avoir manipulé les vêtements des enfants.

Références

  1. CNESST. (2020). Guide de normes sanitaires en milieu de travail pour les services de garde – COVID-19
  2. CNESST. (2021)  Questions et réponses – COVID-19
  3. INSPQ. (2021). Désinfection des protections oculaires à usage unique 
  4. INSPQ. (2020). Recommandations intérimaires concernant les travailleuses des services de garde
  5. INSPQ. (2020) Hiérarchie des mesures de contrôle en milieu de travail - Mesures de prévention de la COVID-19 en milieu de travail
  6. INSPQ. (2020) COVID-19 : Restauration (service au comptoir, à l’auto et livraison) 
  7. CNESST. (2021) Ajustement des mesures de prévention dans les milieux de travail en contexte de déconfinement